Hydrologie en Afrique du Sud ©IRD / Vincent Chaplot Satellite CHEOPS dans la chambre d'essai Maxwell
du Centre d'essais de l'ESA aux Pays-Bas
©ESA - G. Porter
Noel Matoff / Women of Mathematics Recensement des lianes, Guyane
©IRD / Daniel Sabatier
Etude des virus en laboratoire, Vectopole
© IRD / Patrick Landmann
Stefan Ulmer - Porte parole de l'expérience BASE
© 2017 CERN / Brice Maximilien
Géologues étudiant des roches à l'est du Burkina Faso
© IRD / Lenka Baratoux
Centre de contrôle du Grand collisionneur de hadrons (LHC)
© 2015 CERN / Maximilien Brice
Science in HD / Unsplash Team VMO © 2013 CERN Noel Matoff / Women of Mathematics Chambres benthiques, Papouasie-Nouvelle-Guinée,
Expédition CARIOCA
©IRD / Jean-Michel Boré

7 années internationales de sciences fondamentales

En 2017, Michel Spiro, récemment élu « Président désigné » de l’Union internationale de physique pure et appliquée (IUPAP), participe à une réunion du conseil scientifique du Programme international relatif aux sciences fondamentales (IBSP) de l’UNESCO.

Cette réunion est l’occasion de revenir sur les six années internationales scientifiques qui ont animé la décennie 2005-2015 :

La représentante de l’Union internationale de chimie pure et appliquée (IUPAC) évoque aussi la préparation de l’Année internationale du Tableau Périodique, qui doit se tenir en 2019.

null

15 années pour le développement durable

En septembre 2015, lors de l’Assemblé Générale des Nations Unies, les États du monde entier avaient adopté l’Agenda 2030 et ses 17 Objectifs de Développement Durable.

1 année internationale alliant sciences fondamentales et développement durable

Michel Spiro propose alors que les scientifiques de toutes les disciplines de base se mobilisent, afin de montrer l’importance de leurs contributions pour progresser vers les Objectifs de Développement Durable.

Une Année internationale des sciences fondamentales au service du développement durable permettra d’exposer de quelles façons la recherche motivée par la curiosité est vitale pour assurer une bonne santé à tous, pour vaincre la faim, pour lutter contre le changement climatique, pour préserver la biodiversité terrestre et marine, mais aussi pour faire grandir la paix dans le monde et lutter contre les inégalités. Ensemble, les chercheurs de toutes disciplines iront à la rencontre du grand public et des décideurs, publics et privés, afin de soutenir le développement des sciences fondamentales, spécifiquement dans les parties du monde où elles le sont encore insuffisamment.

Michel Spiro propose aussi que cette Année internationale se déroule en 2022, à mi-parcours de l’Agenda 2030. En outre, 2022 marquera le centenaire de deux importantes unions scientifiques internationales, l’IUPAP (physique) et l’Union mathématique internationale (IMU).

Les partenaires

L’initiative est accueillie avec enthousiasme par plusieurs unions internationales représentées ce jour là :

Rapidement, d’autres organisations rejoignent le mouvement :

L’Association minéralogique internationale propose aussi de célébrer une année internationale de la minéralogie au sein de IYBSSD 2022.

Un soutien international

Le représentant de la Jordanie à l’UNESCO, avec l’appui de ses homologues du Vietnam, de la Russie et du Nigeria d’abord, et d’une dizaine d’autres pays ensuite,  a déposé en octobre 2019 une résolution pour la création de cette Année internationale devant le Conseil exécutif de l’organisation. Cette résolution a été adopté en novembre 2019 par la Conférence générale de l’UNESCO.

L’UNESCO recommande ainsi à la prochaine assemblé générale des Nations Unies, qui se réunira à New-York à partir du 15 septembre 2020, de promulguer 2022 Année internationale des sciences fondamentales au service du développement durable.