Membre

Maurizio Bona est né à Milan. Il est titulaire d’un diplôme d’ingénieur (1979) et d’un doctorat en science des matériaux (1983) du Politecnico di Milano.

À partir du milieu des années 1980, il a participé aux phases de conception et de développement des aimants supraconducteurs du Large Hadron Collider du CERN. Il a notamment été chargé de la conception structurelle par éléments finis du dipôle principal, ainsi que du développement dans l’industrie de certains prototypes de courte longueur, des trois premiers prototypes de 10 m de long et du premier prototype de 15 m de long. Entre 1993 et 1995, il a également été professeur invité à l’université de Gênes, où il a enseigné la supraconductivité appliquée et les aimants supraconducteurs. Une fois la phase de recherche et développement des dipôles du LHC terminée, il a dirigé le groupe technique (1998) et le groupe intégré de sécurité et d’environnement (2003) du département de la sécurité du CERN. Il a ensuite dirigé le département de la sécurité de juin 2006 à la fin de son mandat en décembre 2008.

De 2009 à fin 2015, il a été le conseiller du directeur général, chargé des relations avec les organisations internationales. Il a contribué à développer le réseau de relations du CERN avec d’autres organisations internationales et à obtenir le statut d’observateur pour le CERN à l’Assemblée générale des Nations unies en décembre 2012. De janvier à septembre 2016, il a occupé le poste de chef des relations avec les organisations internationales.

Il est expert en diplomatie scientifique et promoteur d’initiatives visant à sensibiliser le monde universitaire, les parlements et la communauté diplomatique au rôle de la science, de la technologie et de l’éducation STEM pour le bien de la société. Il est régulièrement invité à partager son expérience lors de conférences publiques et d’événements thématiques. Depuis octobre 2016, il est conseiller principal pour les relations avec les parlements et la science pour la politique, ainsi que conseiller principal pour le transfert de connaissances.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires